Le Château du Vivier ou Château des Pavillonsimg281

Le 21 aôut 1754,  Pierre Claude de Varroc, chevalier, seigneur et patron de Houesville, demeurant à Saint-Germain-en-Laye, vend pour 6500 livres à Thomas Alexandre "un ténement appelé la ferme du Vivier, consistant en maison manables, cellier, grange, chartérie, étable, boulangerie, cour, deux jardins et un circuit de terre au bout du plus grand des deux jardins qui comprends : - le grand clos, 12 vergées, - les grands Crutteaux, 35 vergées, - les Marettes, 15 vergées, - les deux champs des Marettes, 2 vergées, - 2 champs en labour, 2 vergées, - au triage de Loups Pend, un champs en labour de 30 perches, - au triage de la Courte Piéce, les Longs Prés, 15 vergées, - un "trantain en prairies" de 30 perches, - au triage des Longs-Prés un champs d'une vergées." notariat de Sainte-Mére-Eglise, 25 aôut 1754.

C'est par le mariage de René Nicolas FRIGOULT avec Jacqueline LE PERCHOIS en 1763 que la terre du Vivier passa dans la famille FRIGOULT DE LIESVILLE. 

Le Château du Vivier était aussi appelé le Château des Pavillons à cause de deux pavillons, situés à l'entrée du parc, ils ont été rasé en 1958.

Le Château se compose d'un corps central et de deux ailes en retrait sur ce corps principal.

Le 17 juin 1814, le général russe KRAPOWSKI, commandant le 3éme régiment de grenadiers de la Garde impériale, logea avec son épouse, sa fille, son aide de camp et 18 domestiques au Château du Vivier.

En 1943, un soldat Allemand s'est noyé accidentellement dans les douves qui se trouvait aux pavillons.