HISTOIRE D'Y CROIRE

 

L'ABBE DEROUET Louis Henri

 

            Ce fut un de nos plus haut personnage en couleur et en bonté d'après les écrit

Né à Saint Denis Le Gast, ordonné prêtre le 25 avril 1797, vicaire à Méautis puis curé de HOUESVILLE du 18 février 1811 à 1837. Il se retira à Saint Denis Le Gast

            Il s'est acquis une grande réputation comme médecin des maladies corporelles, et il donnait des avis dix lieues à la ronde ce qui lui valut quelques inquiétudes de la part de ses supérieur, ainsi que l'atteste cette lettre écrite par le maire à l'évêque

HOUESVILLE, le 16 août 1823

Monseigneur,

            Le cure de HOUESVILLE est revenu de la retraite de Coutance, accablé de chagrin, et ce qui cause sa plus grande peine c'est qu'il craint que les supérieurs ne croient ses délateurs. Il a été accuse devant vous d'avoir fait la médecine à CARQUEBUT depuis quinze jours, fausseté la plus insigne. N'y aurait-il donc nul ordre, nul état, nulle classe où la vertu et la moralité ne soient en bute aux traits du calomniateur; il serait pénible de penser que le sacerdoce n'en fut excepte.

            Celui qui s'acharne le plus contre le cure de HOUESVILLE est justement celui qui devrait se rappeler ses bienfaits et le prendre pour modèle dans son administration spirituelle, au lieu de d'assiéger continuellement les portes de MM,  vos vicaires généraux pour le peindre sous de facestes couleurs.
Le dénonciateur dans tous ses états fut toujours méprises des supérieurs mais cependant l'accusation sans cesse répète quoique fausse peut laisser une impression profonde et désagréable contre celui qui en est l'objet.

            Je dois donc ,Monseigneur comme paroissien de HOUESVILLE, et comme Maire vous dire la vérité toute entière sur la conduite morale et publique de notre vertueux cure , vous suppliant de faire enfin cesser les sourdes menées que l'on emploie pour lui ravir votre estime, votre confiance, celle de ses supérieur et attaquer sa réputation

            Le cure de HOUESVILLE, d'un caractère doux tranquille, conciliant est généralement aime, estime et respecté de tous les habitants, même des communes voisines. Il a été 20 ans vicaire de Méautis, sous le respectable curé qui y était alors. Pourvu à la mort de ce cure à la succursale de HOUESVILLE il fut généralement regretté à Méautis. Aussitôt qu'il fut à Houesville ,il  a réuni tous les fidèles de la paroisse jusqu'alors divises par la différence d'opinion. D'un piété exemplaire, il a obtenu de vous il y a plusieurs années l'établissement d'une confrérie du saint sacrement; de la scrupuleuse exactitude dans l'office qu'il fait d'une manière édifiante et dans ses autres devoir de pasteur; il ne lui est échappe aucune âme sans sacrement depuis 12 ans qu'il administre HOUESVILLE. Il est toujours dans sa paroisse revêtu de l'habit ecclésiastique. Il fait souvent des sermons et toutes les instructions du prône de mémoire; il est très zélé pour la tenue de son église et il tient bien les enfants; leur fait le catéchisme presque toutes l'année fait lire et écrire les jeunes garçons tous les jours après la messe et a soin que la maîtresse d'école tienne bien ses jeunes écoliers. Il porte sans cesse des consolation aux infirmes et aux vieillards et est on ne peut plus charitable envers les pauvres. Enfin il est sobre et d'une conduite irréprochable, se faisant toujours un devoir d'obéir aux ordres de ses supérieurs. Voila celui que la calomnie veut noircir et auquel la jalousie prétend ternir la réputation mais ils ne peuvent réussir ; vous exigerez toujours la preuve de la dénonciation

            Agréez, je vous supplie,  l'expression des sentiments de vénération et de respect avec lesquels j'ai l'honneur d'être, monseigneur, votre très humble et très obéissent serviteur

 

CORRESPONDANCE DU MAIRE DE HOUESVILLE (1831)