MOMENT DU MONUMENT     panneau-houesville

L’inauguration.

     La bénédiction de ce monument à eut lieu le 25 mars 1925 tous le monde étaient rassemblé pour cette événement comme le prouve la photo si le scanner veut bien la prendre

     On peut voir le maire avec son écharpe de maire  monsieur frigoult de Liesville et

L'abbé Le Jard paul-Arsène flavien né à la Mancellière le 24 février 1883 cure de Blosville en 1922 et de Houesville de 1925 à 1956, le 16 octobre 1956 à Blosville

 

 

 

Premier monument de France.

     En honorant ses morts pour la France avant toutes les autres communes ,en lui dédiant son calvaire comme mémorial, en le bénissant le 5 novembre 1918 soit 6 jours avant l'armistice, signée le 11 novembre, notre commune marque de son empreinte, une page de l'histoire.

     La communauté de Houesville sans le savoir à dédiées à ses morts, le premier mémorial de la grande guerre, une véritable mémoire matériel.

     On peut le dire en toute modestie, et sans honte le premier monument à la mémoire concernant la guerre de 1914-1918  est situe dans notre bonne vieille Commune de HOUESVILLE!!!

 

Place au monument.

     Au 12 mars 1922, le conseil  municipal n'hésite pas. Il prend la décision de déplacer les tombeaux des deux cures Bougeart et Leduc.

     BOUGEARD Jean-Marie-Anne, né à Villiers-Fossard le 8 septembre 1806 nommé curé de HOUESVILLE le 11 février 1842, où il est  décédé le 22 novembre 1858

     LE DUC Louis-Joseph-Félicité-Marie né à Saint James le 13 septembre 1831 ordonné prête le 19 décembre 1857 curé de HOUESVILLE depuis le premier décembre 1871

Jusqu’au 25 décembre 1904 date de son décès

     Ces pierres tombales ayant été offerte par les habitants, Sur l'une on pouvait lire l'inscription suivante :P4270001

 "Don des habitants à Monsieur l'abbé LE DUC cure de HOUESVILLE de 1871 à 1904 afin d'ériger le monument aux Mort.

    

Les disparus de l'église.

     BOUILLON Jean-Baptiste : Mort pour la France est inscrit sur le monument de Liesville.

     ENOT Paul : Mort pour la France est inscrit sur le monument de Blosville.M_C_1418

     DUMAS Auguste : Aucune information circulant sur DUMAS fait que les habitants l'ont déclaré comme disparu. Le tableau est exécuté durant l'an 1920. Ce n'est qu'après cette année en ????? Que l'on reçoit l'acte de transcription.

Sur le monument aux morts ainsi qu’au calvaire on retrouve le nom de DUMAS Auguste. Cette acte prouve que les plaques furent scellés

     FEREY louis : retrouve voir Vierville ou Brucheville

     LEMAITRE  Auguste : De manière identique au cas de DUMAS Lemaître est donné comme disparu, puis retrouver à ceci prés.

     Premièrement, une erreur de prénom s'est glissée sur le monument. Lemaitre a pour prénom GUSTAVE et non AUGUSTE (archive de Picauville, Jugement le 17 mai 1921 tribunal civil de Valognes).

     Deuxièmement, sur les douze noms inscrits, "Mort pour la France", communément  aux Monuments aux Morts et à la mairie, Lemaitre est le seul à ne pas apparaitre sur le calvaire.

Par contre on retrouve un dénommé A. FRANCOIS.

VOIR CARQUEBUT

 Souhait d'ancien de 14-18.C_Combattant_01A

Pour l'histoire, le dernier anciens combattant (1914-1918) de notre commune, Monsieur ROBIOLLE ne trouvait pas assez digne la génération montante. Il  avait émis le souhait suivant :

     " Le jour de mon enterrement, je veux que l'on m'enterre avec le drapeau des anciens combattants de HOUESVILLE. La génération montant n'a pas connu le feu comme les anciens. Ils ne peuvent avoir le privilège de conserver nos couleurs"

    

Le cas Frigout.

Une étude est en cours sur Le cas Frigoult qui par amour à préféré épouser trois jours avant sa mort son infirmière.

 

Le cas Lemaitre.

En cours