Le passage à niveau du boujamet.

La maison du garde barriére avait pour numéro "100" comme on peut le remarquer sur les photos.
Une famille bien connue sur la commune habitait dans la maison du garde barriére.

Pour le garde barrière, dans les premiers temps, la barrière restait normalement fermée: il fallait sortir pour l'ouvrir quand demandaient à passer les charettes ou autres voitures et  troupeaux.

Diapositive1Toponymie : le bout jamet, (INSEE 1961 - Bitouzé 1826 - Es 1811 )

 

Le mot bout désigne une extrémité (bout fin du XII siécle Aliscan : Coup et extrémité. On retrouve le nom de famille de Boujamet entre 1792 à 1862

 Diapositive2Vers 1897 un gros incendie détruisit six maisons au lieu dit le Boujamet.

 Les maisons n'étant pas reconstruites les habitants quittèrent le village pour s'installer ailleurs, ce qui a eu pour conséquence de faire baisse la démocratie de Houesville.

En 1892, il y avait 370 habitants et en 1897 il y en a 318 habitants.

 

 

Comme on le dit souvent, Houesville est un lieu chargé d’histoire et une  seconde version existe  sur l'origine du boujamet  que l'on pourrait écrire "Au bout!!! Jamais d'ailleurs ne dit on pas se rendre "Auu boujamais"

 A une lointaine époque, il y avait dans le marais une bête immonde qui régnait en maître sur les lieux.Mieux animal,,mi sorcier, elle rodait sur  le  chemin de l'Ouves entre   la Sergenterie des pommiers, et le marais des Pére blancs. Quiconque s’aventurait dans «  le bout  n’en revenait jamais ».  

 

 Les villageois  menaçaient les enfants méchants et désobéissants de  les emmener dans les marais...

Effrayer à cette idée les enfants  répondaient qu’ils seraient gentils  et qu’il n’iraient « jamais au bout ».

 

fil boujamet monstre Diapositive1

A ce jour la bête à disparue, mais le Bout Jamais est resté.

 

 

Pour en savoir plus sur le métier de  garde barrière [url=http://maisonbarberine.over-blog.com/article-630731.html]Lire l'article complet du métier de garde barriere [/url]