L'histore de ce marais est atypique, fait de procés entre Houesville et Liesville.

PA140106

C'est en 1446 que Jean Du Pommier vend à Girard de Varroc les droits du pâturage dans le marais du Pommier.

En 1495 les tractations faites entre les Seigneurs de Houesville et de Liesville, tous deux frére, donnent aux habitants de Houesville le droits de pâturage sur ce marais mais les habitants de cette paroise s'y oppose.

Le 3 février 1505, un accord est passé devant les Tabellions de Saint-Marie-du-Mont qui stipule que chaque tenant des seigneureries de Liesville et de Houesville doivent payer annuellement une redevance au Sieur de Liesville à savoir pour les Houesvillais 12 deniers et les Liesvillais 13 deniers.  Cette redevance donne droit de pâturage.

En 1506, le procureur du roi fait aux habitants : 

"Les dits habitants de Liesville, conduits par la puissance de leur seigneur, dans laquelle

ils mettaient leur confiance, pour se préserver des attaques et des recherches de droit de

franc fief qu'on faisait en conséquence de leurs marais et qui souvent leur étaient

suscitées par les seigneurs mêmes, soit pour s attirer plus de pouvoir, soit pour

s emparer des biens des communs et leurs vassaux ou pour se former des titres. Les

habitants, dis-je, de Liesville, éprouvèrent en cette rencontre avec quelle activité Gauthier

de Waroc, seigneur de Houes ville, les défendit pour les maintenir conformément à leur

titre primitif dans le droit de mettre à pâturer leur ouiseaux de marais dans les marais de

Liesville et y admettre les vassaux de sa seigneurie de Houesville et du Pommier,

concurremment à ceux de Liesville "

(extrait : la dépouille des marais pg 14)

Les Liesvillais sont à de nouveau poursuivis par le procureur de Sa Majesté en 1605 et paient 1 livres 6 sols pour l'acquuis du droit de franc-fief et le maintien du droit de pâturage pour leurs bestiaux et oiseaux.

                                            

C'est par un arrêt du Conseil d Roi du 6 avril 1787 autorisa la concession des deux tiers des marais du Pommier à Mll Sauvage de Houesville et de l'autre tiers aux habitants de Houesville pour leur tenir lieu des droits d'usage reconnu en leur faveur par arrêt du 24 février 156